PARTAGEONS LA ROUTE

Les comportements à vélo et en voiture

Règles générales :

Le comportement de l'ensemble des usagers est en grande partie responsable de la réussite du partage de la route.

Si tu veux être respecté : respecte ton voisin

Pour le cycliste le bon comportement consiste à respecter le code de la route et à ne pas invectiver les autres usagers.

Pour un automobiliste le bon comportement consiste à rouler à une VITESSE ADAPTEE qui n'est pas toujours la vitesse autorisée. Vitesse qui tient compte des conditions de conduite et des capacités effectives du conducteur à éviter un obstacle imprévu. Rouler à la vitesse réglementaire en état de somnolence ou d'alcoolémie avancé quelles que soient les conditions de circulation rencontrées est dangereux.

 

Ces mauvais comportements sont le résultat d'un manque d'éducation, de formation à la sécurité routière. Aussi ne faut-il pas s'étonner si l’on se réfère aux publications de 1998 de la sécurité routière qu'en France on comptait 152 tués par million d’habitants contre seulement 58 en Grande Bretagne.
On peut donc rêver de voir diminuer dans un rapport voisin de 3 le nombre de tués annuel si chacun devenait conscient de ce fléau . On aimerait que cela soit demain.

Les statistiques de la sécurité routière sont formelles.

92% des accidents sont dus aux usagers.
46% seulement sont liés à l’infrastructure.

La quasi-totalité des accidents a pour origine une vitesse inadaptée. (Rouler à une vitesse autorisée supérieure à 30 km/h sur une voie réduite qui ne permet pas de doubler les cyclistes en respectant le code de la route, c'est rouler à une vitesse inadaptée si un cycliste est présent sur la voie.)
Conduire aujourd'hui demande rigueur, vigilance et responsabilité, ce qui ne laisse aucune place à la fantaisie et à l'exploit sportif.

Vitesse inadaptée = SURVITESSE = ACCIDENT

Une bonne conduite relève plus du devoir envers les autres que de ses droits. Rouler à la vitesse légale est un droit. Rouler avec une vitesse adaptée en toutes circonstances est un devoir.

Au volant, à vélo, faire passer ses devoirs avant ses droits est la condition incontournable pour une diminution du taux d’accidentologie. C’est aussi la meilleure façon de partager la route entre les usagers et d’aider au développement des moyens de locomotions non polluants.

Le partage de la route, la cohabitation : c'est connaître l'autre et le respecter

 

Vélos

 

Je roule seul ou en groupe, je respecte la signalisation, je m'arrête aux Stops, je m'arrête aux feux tricolores, je ne roule pas en contre-sens (sauf si cela est autorisé), lorsque je dépasse ou je tourne, je préviens les automobilistes 

Je roule seul ou en groupe sur routes étroites ou sinueuses de montagne, en descente je conserve la maîtrise de mon vélo. Je réduis ma vitesse avant l'entrée d'un virage et je serre à droite pour pouvoir m'arrêter sur quelques mètres en cas d'obstacles.

 

Rouler en groupe :
Règle d'or : Respecter les automobilistes comme on aimerait qu'ils nous respectent.
Comment : Faire en sorte de ne pas être une gêne et leur permettre de nous doubler en toute sécurité.

 

Nous ne roulons jamais à plus de deux de front. Si une voiture veut nous dépasser nous nous mettons sur une file.

Lorsque la visibilité est insuffisante ou l'espace insuffisant pour permettre aux automobiles de nous doubler en respectant le code de la route. Nous roulons toujours sur une file.

Si notre peloton gêne la circulation des automobiles, nous nous scindons en plusieurs petits pelotons séparés chacun d'une centaine de mètres afin de permettre aux automobilistes de nous doubler en sécurité. Question : Combien de cyclistes doit comporter un peloton ?
Réponse : C'est la gêne occasionnée aux autres usagers de la route qui fixe le nombre exact.
- 5 à 7 sur des routes étroites et sinueuses.
- 15 à 20 sur des routes ayant de longues lignes droites.

Règle du bon sens à retenir : La longueur du peloton ne doit pas excéder 1/4 de la ligne droite avec un maximum 20 cyclistes.

En groupe : Si je suis en tête, en présence d'un arrêt obligatoire je crie "STOP" et lève le bras.

 

Voitures

 

Je roule à droite et je respecte la signalisation, je m'arrête aux stops, je respecte les feux tricolores, je roule à une vitesse adaptée aux circonstances. 2 secondes sont généralement nécessaire pour s'arrêter. Lorsque je dépasse ou je tourne, je préviens les autres usagers de la route.

Routes étroites sinueuses de montagne : Si la visibilité est mauvaise, je klaxonne pour signaler ma présence, je serre le plus à droite possible

Doubler un groupe : Je préviens les cyclistes de mon arrivée sans signe d'énervement. Si la visibilité est insuffisante, je ne double pas. Je klaxonne pour prévenir les cyclistes du dépassement et j'attends sans m'énerver que les cyclistes se mettent sur une file. Si je n'ai pas de place pour doubler, j'attends sans m'énerver. Je laisse les cyclistes se mettre sur une file sans klaxonner abusivement. Je ne dépasse pas un cycliste dans les virages. Je respecte l'écartement réglementaire pour doubler : (Art. R. 414-4 1 et I)

1 mètre en ville
1.5 mètre en rase campagne

Pourquoi :
1) Un cycliste roule rarement en ligne droite. Particulièrement dans les montées.
2) Mon passage crée une turbulence qui peut déséquilibrer le cycliste.
3) Par ma vitesse mon champ de vision se rétrécie me masquant le cycliste au moment du dépassement.

Plus ma vitesse est importante plus grande doit être l'espace voiture/cycliste.>

Je m'arrête aux stops.
Je ralentis si une voie cyclable traverse la chaussée.
Je respecte les autres usagers
Sur une voie étroite je ne double pas les cyclistes si l'écartement est insuffisant.
Dans les giratoires je préviens lorsque je tourne à droite pour quitter le giratoire.
J'entretiens mon véhicule.
Je mets ma ceinture de sécurité.
Je n'oublie pas de mettre mes lunettes si ma vue de loin est trouble. Principalement la nuit.

Au volant je ne bois que de l'eau